retour à l' accueil
Paroles
écrire au webmaster

 
Les Lutins Géants

Crise en thèmes - Bonjour l'ambiance

 

 

Virevolter

Fly, fly, fly-fly-fly...
Il s'est levé tôt ce matin là ça n'allait pas fort (pas fort du tout)
Le café était fade et froid, pas de cigarettes (pas de cigarettes).
Il pleuvait, le poêle s'était éteint pendant la nuit, et dans sa tête,
Dans sa tête surtout ça virait, ça volait, ça chantait, ça dansait
Toutes voiles dehors dans le marécage (fly, fly, fly-fly-fly...).
Il s'était levait sans lui, il l'avait oublié sur le coin de la table,
Il partait sans lui dire ce qu'il ferait ce qu'il adviendrait et s'il reviendrait.
Quand on laisse ses rêves s'angoisser on ne peut plus demander
à la pensée de danser de danser...le sacre,
Le sacre de la joie (fly, fly, fly-fly-fly...)

Il s'est relevé sans lui, il n'a pas retrouvé son paquet de cigarettes
Et sa vie, ses envies se sont envolées avec ses restes, ses restes d'utopie.
PS : mesdames, mesdemoiselles et messieurs,
n'oubliez jamais, au grand jamais
vos rêves même ailleurs que sur une table de chevet !

 

Issue de Secours

Poudre blanche qui entre en toi,
Petite dose aux grands effets soit dans ton bras soit dans ton nez.
Réveille tes sens tout en émoi
Tu crois détenir la Vérité simple illusion de cabaret
Dans cette ruelle saine et malsaine
Tu la veux déjà au fond de tes veines.
Premier bistrot, cuillère à café tapie au fond des cabinets.
Elle entre en toi pour assouvir ton désarroi tes souvenir
Tu penses qu'elle peut te libérer encore une fois tu t'es trompé
même cette came millésimée ne m'aide pas à oublier
Tu rentres chez toi tout étourdi par cette folle et tendre nuit
décompressé et tout livide tu essayes encore de faire le vide.

 

Les liens du sang

Dans ce dédale de rues et de sombres murailles
Pour l'amour de sa mère et son frère disparu
Il a tué son père d'une puissante balle,
L'asphalte s'est colorée d'hémoglobine sale.
Dans son for intérieur c'est le salut de l'âme.
Le pardon pour sa main meurtrière d'un soir
Il a tué cet homme alcoolique et barbare
Il a tué cet homme alcoolique et barbare.

Ces liens du sang...

Pour laver cette honte qui lui colle à la peau
il cherche à reculons les phrases et les mots
Noyé dans l'alcool et les drogues accablantes
Il consomme sans faiblir en quantité de trop
Son ennui, ses remords et les femmes de bistrot.

Toute sa vie durant camouflé dans sa barque
Il accourut en vain pour cracher cette haine,
il a quitté un soir ou il faisait grisaille
dans un dédalle de rues et de sombres murailles
La balle a perforé son coeur déjà malade
par la main de son fils il a trouvé repos.
La balle a perforé son coeur déjà malade
par la main de son fils il a trouvé le repos !

Ces liens du sang...

 

Yaddlimäge

Miroir de Chine couvert de sang,
des gouttes fines arrêtent avec le temps.
Lugubre présage pensé pour rien floque d'images sur mon chemin.
Ces cimetières américains, très belle image pour les vietnamiens …
Qu'ils assassinent ou qu'ils déciment , ils arrivent toujours à faire leurs films .
Les bougies noires dans les églises autant de meurtres qu'on autorise 14-18
Belle rigolade les chefs d'états sur l'esplanade.
Mais le peuple adore cette violence qui tout les soirs le met en transe
sur leur télé dernier modèle il voit le sang et s'émerveille !
puis j'ouvre les yeux sur le monde actuel et qu'est ce que je vois en ribambelle ?
Dans nos télés dans nos journaux le père Pinochet
ce vieux bourreau l'Amérique latine et gouvernée par des dictats mal avisés,
mais vous médias vos caméras sont-elles toutes seules à filmer ça
Moi je dis non.

 

Yachpak

Dans son habit de chat il grimpe de mur en mur
Et le bruit de ses pas n'est pour l'homme que murmure
Ses yeux félins regardent à l'envers du décor
Mais nul ne peut s'absoudre au désir de son corps.

Yachpak est une ombre personne ne le voit
En un battement d'aile il s'abat sur ses proies.
C'est le voleur de corps c'est le déguiseur d'âme
C'est le loup qui dévore c'est le pilleur de larmes.
Yachpak est une ombre personne ne le voit
En un battement d'aile il s'abat sur ses proies.
C'est le voleur de corps c'est le déguiseur d'âme
C'est le loup qui dévore c'est le pilleur de larmes.

Il vous poursuit le soir quand vous êtes égarés
Que votre instinct vous mène vers l'insécurité
Il s'immisce alors dans vos plus profonds doutes
Pour faire jaillir le mal de votre peur en déroute.

Yachpak est une ombre personne ne le voit
En un battement d'aile il s'abat sur ses proies.
C'est le voleur de corps c'est le déguiseur d'âme
C'est le loup qui dévore c'est le pilleur de larmes.
Yachpak est une ombre personne ne le voit
En un battement d'aile il s'abat sur ses proies.
C'est le voleur de corps c'est le déguiseur d'âme
C'est le loup qui dévore c'est le pilleur de larmes…

Il est roi des entrailles de la terre en folie
Créature lugubre son royaume c'est l'ennui
Mais si son dévolu se pose sur votre tête
Vous connaîtrez l'enfer et le feu de sa fête.

Yachpak est une ombre personne ne le voit
En un battement d'aile il s'abat sur ses proies.
C'est le voleur de corps c'est le déguiseur d'âme
C'est le loup qui dévore c'est le pilleur de larmes.

Crises en thème - Bonjour l'ambiance
 
 

retour